Gaillard, Loups pochoir

Marcel GAILLARD

(Abbeville, 1886 – Liesville-sur-Douve, 1947)

Loups au Clair de lune

Pochoir à la gouache

325 x 500 mm

Signé en bas à droite

Normand formé aux Beaux-Arts de Rouen, Marcel Gaillard arrive à Paris en 1906. Bohème, il s’intègre facilement à une bande estudiantine du Quartier Latin familière du Jardin du Luxembourg, et par mauvais temps cliente de la brasserie La Lorraine. La même année éclate l’affaire des faux-monnayeurs du Luxembourg. Du fait de sa présence sur les lieux du crime, la police le recherche et l’arrête à Dieppe. Son départ de Paris l’accuse : il est condamné à sept mois d’incarcération. Après un non-lieu juridique, il vit en peignant des cartes postales de vues bretonnes et des gouaches qu’il vend aux terrasses de café, dont témoigne notre pochoir. Il chante également dans les rues avec un camarade d’infortune avant d’hériter d’un petit pécule qui lui permet de s’installer à l’hôtel de Sèvres avec sa compagne Germaine dite « Stella » et un ami peintre. Mais notre artiste aventurier est de nouveau recherché par la police et doit fuir en Belgique. Arrêté puis innocenté, il devient ensuite membre des indépendants et expose en 1913 au Salon d’Automne. Après la Première Guerre mondiale, il fonde, en 1918, le groupe de la Jeune Peinture Française et organise une première exposition à la galerie Manzi aux côtés d’Auguste Renoir et de Pierre Bonnard. En 1920, Gaillard obtient le prix d’Afrique-Équatoriale française et une bourse de voyage qui lui font découvrir le Congo et le Soudan. Il fait ensuite un séjour en Algérie. Ces aventures africaines lui ouvrent les portes des cercles artistiques coloniaux en vogue à Paris et à Marseille. Il est choisi pour décorer le salon de thé des Grands Magasins du Louvre pour lesquels il réalise un immense diorama. Au soir de sa vie, en 1943, il est hébergé en Normandie par un curé pour lequel il entreprend les fresques de l’église Saint-Martin à Liesville-sur-Douve, où il repose désormais.

Marcel Gaillard

600 €

Alexis Chiriaeff, étude de costume russe